Nous vous conseillons d’avoir lu Bienvenue au Mordret’s Pub Tome 1 et Tome 2 avant de vous attaquer à ce bonus IDP 🙂

Nous allons en effet mentionner plusieurs éléments clés de l’intrigue. Enjoy ! 😀

Spoilers... Spoilers everywhere !

Spoilers… Spoilers everywhere !

La voyageuse se matérialisa devant la chambre de Naola et frappa poliment à la porte, une nouvelle tablette à la main. La jeune sorcière défaisait sa valise. Les cours étaient terminés, elle s’était pris un blâme pour ses absences répétées de la fin d’année, mais elle avait validé ses examens. Faute de mieux, elle passerait l’été à Stuttgart, entre le Pub et la boutique de Jérôme.

Elle fronça les sourcils. Mordret ne frappait pas à sa porte… ou du moins pas aussi… doucement.

« Entrez.

— Merci. »

La femme entra, s’assit sur le lit et prévint

« Je te préviens, ça va être compliqué, mais court.

— Heu… vous êtes qui ?

— Une voyageuse. Dans un autre univers, deux femmes écrivent ton histoire et je suis envoyée pour te poser des questions. Voici l’histoire… »

Elle tendit la tablette allumée à Naola et ajouta :

« Ça ressemble à un mnémotique, mais c’est humain. Il faut faire défiler à la main… Bon… Avance rapide… »

Naola prit le temps de regarder en posant parfois des questions à la voyageuse, mais tout cela allait très vite, avec une voix déformée, un peu aiguë. Une fois la situation expliquée, la femme reprit un rythme normal pour les lecteurs.

« J’ai donc quelques questions… »

La jeune fille se frotta les yeux, les joues rougies par la une gêne très marquée.

« C’est complètement fou…

— D’être l’héroïne d’un roman ? Je dois t’avouer que Mordret a eu bien plus de questions que toi, à mon grand désespoir…

— Hein ? Non, enfin, j’en sais rien mais… Merlin, des univers parallèles !

— Parallèle… Ou avec des temporalités différentes, on ne sait pas bien. Ni nos scientifiques ni vos mages ne savent expliquer ça… Bref ! Tes… deux question… Qu’est-ce que tu aimais chez Jérôme ?  »

Naola fronça les sourcils et croisa les bras en s’appuyant contre le mur, proche de la porte. Elle avait rougi très légèrement et se donna le temps de se reprendre, avant de répondre :

« C’est hum… genre super personnel comme question.

— Oui. Mais cela n’aura aucune incidence sur ta vie, tu n’as rien à craindre.

— C’est pas une question de craindre, c’est une question d’avoir envie de répondre »

Naola fit un signe du menton vers la tablette qui était, entre-temps, retournée dans les mains de sa propriétaire.

« Si je comprends bien, vos copains ont assisté au râteau qu’il m’a mis. Ça ne leur suffit pas ?

— Non, ça ne leur suffit pas. Ils sont curieux. Ils ont même demandé à Mordret la couleur de ses chaussettes. Elles sont blanches, au fait.

— C’est… gentil… de m’en informer, soupira Naola en se frottant le front du plat de la main. Bon… Je ne sais pas, ça ne se commande pas. Il me plaît bien, c’est tout. Il est drôle, casse-cou… Il connaît beaucoup de trucs, et physiquement, bha il me plaît… le côté un peu négligé je suppose, ça me change des gars de l’école… Ça va comme réponse ?

— Parfait… »

Un long blanc s’en suivit, puis un soupir passa les lèvres de l’inconnue.

« Je n’ai pas envie de te poser la question suivante… Mais je suis obligée. Peux-tu répondre à la même question concernant Maden ? »

Naola dévisagea l’étrange femme sans répondre. Elle baissa les yeux, puis avala sa salive.

« Deux questions, et ils vous ont sérieusement demandé… ça ? articula-t-elle avec un rire nerveux.

— … Oui…

— Bha… non. Dites-leur d’aller se faire voir.

— Vous avez compris, les lecteurs ? fit l’inconnue en se tournant vers toi (oui, toi, le lecteur). C’était peut-être pas le moment, hein ! Bon… »

Elle se releva et laissa la tablette.

« Il y a des dessins de toi et de Maden dans la tablette. Je te la laisse. Merci beaucoup en tout cas. »

Elle disparut et réapparut sur un fond blanc où elle prit l’initiative de s’adresser à toi (oui, toujours toi, lecteur) : Deux questions à l’héroïne, et elles concernent toutes les deux des hommes ? J’ai mal à mon féminisme -_-

Interview suivante : Charm, puis Kìmon